5 mythes patriarcaux à déconstruire sur l’orgasme

Alors que l’orgasme est une expérience très subjective difficile à décrire en mot, il est souvent vu comme étant le but à atteindre lors des rapports sexuels. Malheureusement, notre représentation de l’orgasme dans notre culture est très erronée et les mythes qui sont constamment perpétués méritent d’être déconstruits pour contribuer à l’épanouissement sexuel de toutes et de tous.


Dans cet article, tu retrouveras plus particulièrement des mythes teintés d’une culture patriarcale mettant en lumière des scripts sexuels beaucoup plus adaptés au plaisir des hommes. Il est temps que de tels mythes cessent de circuler pour ainsi permettre aux femmes de reprendre leur pouvoir sexuel et trouver elles aussi satisfaction lors des rapports sexuels.


5 mythes à déconstruire sur l’orgasme :



Il est biologiquement difficile pour les femmes d’atteindre l’orgasme


Il est faux de penser que l’orgasme des hommes est beaucoup plus facile à atteindre. C’est parce que nous avons une meilleure connaissance du fonctionnement de leur corps que nous avons cette impression. Biologiquement parlant, les femmes sont toutes aussi enclines à atteindre l’orgasme. Il faut simplement apprendre à mieux connaître comment elles fonctionnent et s’ajuster à leurs besoins. Les statistiques sont claires à ce sujet, seulement 5% des femmes correspondraient aux critères des troubles de l’orgasme tel que décrit dans le DSM-5.


L’orgasme devrait être atteint durant le coït


Parce que la sexualité a longtemps été associée à la reproduction, la pénétration s’est rapidement retrouvée au cœur des rapports sexuels hétérosexuels. Cependant, on commence à prendre conscience qu’il s’agit d’une formule qui ne convient pas nécessairement à toutes les femmes. Les études ont démontré que seulement 20% des femmes (ou personnes ayant un vagin) sont en mesure d’atteindre l’orgasme de cette façon. Ainsi, il est faux de croire que l’orgasme devrait à tout prix se produire durant le coït.


Les deux partenaires devraient atteindre l’orgasme de façon simultanée


En voulant à tout prix atteindre l’orgasme en même temps que notre partenaire, on se met énormément de pression. Toutefois, de plus en plus, on commence à prendre conscience que pression et orgasme ne font pas très bon ménage. Il a d’ailleurs été prouvé que de se mettre de la pression peut entrainer des difficultés à atteindre l’orgasme. Ainsi, l’important, c’est vraiment que chacun.e ait son plaisir et puisse tirer satisfaction de ses expériences, sans pression.


L’orgasme masculin met fin à la relation sexuelle


Souvent les rapports sexuels vont être vécus de façon linéaire, soit entrée, repas, dessert. On commence par quelques minutes de ce qu’on appelle les préliminaires puis, on poursuit avec la pénétration et on termine lorsqu’il y a éjaculation de la part des hommes. On dirait pratiquement qu’il s’agit d’une règle non-écrite alors que dans la sexualité, il ne devrait pas y avoir de règles ou de scénarios prédéfinies. Les rapports sexuels ne devraient pas nécessairement se terminer parce qu’il y a eu atteinte de l’orgasme par un des deux partenaires mais bien lorsque toutes les personnes prenant part aux rapports soient satisfaites, dans un consentement mutuel.


L’orgasme des hommes est un besoin naturel alors que l’orgasme des femmes n’est pas essentiel


Il s’agit d’un mythe patriarcal extrêmement sexiste qui contribue à empêcher les femmes de s’épanouir sexuellement. Tout le monde devrait pouvoir atteindre une satisfaction sexuelle, orgasme ou pas et ce, peu importe le sexe, l’identité ou même l’orientation sexuelle. Ce mythe circule encore énormément dans la société. Tellement que les études ont démontré que 56% des hommes croient qu’il n’est pas nécessaire que les femmes atteignent l’orgasme pour apprécier les rapports sexuels alors que 56% d’entre eux ont mentionné ne pas apprécier les rapports s’il y a absence d’orgasme. Quand même drôle comme façon de penser, non? La réalité c’est que tout le monde a envie d’atteindre l’orgasme.


En bref, le patriarcat a longtemps dépeint notre façon de voir les choses et bien que nous assistions à une révolution sexuelle qui libère tranquillement les femmes sexuellement depuis maintenant plusieurs années, certains mythes continuent d’affecter négativement la relation que les femmes ont avec la sexualité. Ainsi, il est important de déconstruire ces mythes et d’encourager les femmes à reprendre leur pouvoir sexuel pour leur permettre de mieux s’épanouir sexuellement. Au bout du compte, tout le monde y sera gagnant.


*Dans cet article, les termes hommes et femmes ont été employés pour alléger le texte. Toutefois, il est important de mentionner que ce ne sont pas toutes les personnes ayant un vagin qui se considèrent comme étant des femmes et que ce ne sont pas toutes les personnes ayant un pénis qui se considèrent comme étant des hommes.